Walking Dead, du comics à la Série

Publié le par PressReplay.fr

Walking Dead, ça vous parle ? Non ? Ce n’est pas vraiment étonnant, mais maintenant ça va vous parler, je peux vous l’assurer !

 

La base.

 

walking-dead.jpg

 

Comics en noir et blanc publié chez nous chez Delcourt, Walking Dead est l’histoire d’un sheriff adjoint qui se fait tirer dessus et fini donc à l’hôpital. Jusque-là rien d’anormal (si tant est qu’il soit normal de se faire tirer dessus tout de même). Ce sheriff, Rick, se réveil dans ce même hôpital après 2 mois de coma (quand même !) pour se rendre compte qu’il est absolument seul dans une ville complètement vide, livrée au chaos le plus total (voitures abandonnées, détritus, traces de sang…). De ce postulat de départ qui n’est pas sans rappeler l’excellent 28 jours plus tard, l’auteur va faire en sorte de nous attacher à son héros, monsieur tout-le-monde, livré dans un univers complètement bouleversé par l’arrivée de zombies, chose qu’il apprendra à ses dépens, manquant de se faire croquer. Scénarisé par Robert Kirkman – qui a travaillé notamment sur les Quatre Fantastiques ou les Ultimate X-Men – et mis en image par Charlie Adlard – Batman, Green Lantern, Judge Dredd – le comics s’étale sur 72 numéros édités également en 12 albums de très belle qualité.

 

De l’humanité où il n’y en a plus.

 

walking-dead1.jpg

 

Au-delà d’une aventure vue dans plusieurs films/livres/bd etc… Walking Dead se démarque par l’ambiance qu’il dégage mais surtout par les relations humaines profondes, réalistes et extrêmement tourmentées de ses personnages, groupe de survivants dont Rick prendra un peu malgré lui la tête. L’histoire ne nous épargne aucune mort, aucune souffrance, et si celle des adultes est autant présente ici qu’ailleurs, c’est celle des enfants qui marque le plus, ici les « petits zombies mignons à croquer » se font descendre sans censure, jamais hors cadre, tout est montré, les enfants survivants qui passent l’arme à gauche ne sont pas épargnés non plus. Le traitement au vitriol est sévère et sans commune mesure, hyper réaliste, ce qui fait de Walking Dead un comics très addictif et efficace. Sans fioriture.

 

Du papier à la télé.

 

 

walking-dead3.jpg 

Si je vous parle de cette œuvre aujourd’hui, c’est parce que du matériau de base, Walking Dead vient de connaître une double consécration. La première est qu’il a été dérivé en une série de 6 épisodes de 90 minutes chacun pour la premi-re saison (la seconde devant en compter 13), la seconde c’est que le premier épisode a été diffusé dimanche dernier aux USA et qu’il a fait un carton avec près de 6 millions de téléspectateurs sur une chaîne qui n’est pas l’une des plus importantes du pays. Ce premier épisode est remarquable, très fidèle au comics, et même surprenant de qualité pour une série.

 

Une réalisation solide.

 

walking-dead2.jpg

 

La mise en scène est efficace, misant énormément sur l’ambiance (il y a en effet très peu de dialogues), les rapports entre humains sont froids et tendus. Mais la grande surprise vient des Morts vivants superbes, les maquillages sont une véritable réussite. Il faut dire que ce n’est pas n’importe qui derrière la caméra, puisque Frank Darabont s’occupe de ce projet avec le talent qu’on lui connaît (Les évadés, La ligne verte, The Mist), réalisant et écrivant toute la série pour l’adapter le plus fidèlement possible. Après un premier épisode d’excellente facture et justifiant son succés, on ne peut qu’avoir hâte de découvrir les autres (diffusés chaque dimanche aux USA, pas de date française pour le moment), même en connaissant déjà la suite des événements. Les acteurs, pour la plupart issus d’autres séries, sont très bons, adultes comme enfants, et la censure ne vient pas frapper la réalisation digne d’un bon film de genre.

Bref, je ne peux que vous inviter à voyager sur Internet pour vous trouver le premier épisode de cette série qui est déjà disponible en VO sous-titrée français.

A bon entendeur !

 

(Par Lidden)

 

 

Publié dans Ciné-Blu-ray

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article