[Dossier] Des jeux mal inspirés

Publié le par PressReplay.fr

Depuis quelques jours, quelques semaines même, je me pose la question de savoir si c'est moi ou les jeux vidéo qui tournent en rond. Ce n'est pas le manque de goût qui m'anime (la preuve : je joue à Trials HD), ni le manque de temps (la preuve je joue à Trials HD vous dis-je!), c'est simplement une certaine motivation, un goût pour le renouveau qui ne vient toujours pas. Pourquoi ?

 

Nostalgie et téléchargement.

 

 

supermeatboy2.jpg

 

Nous sommes tous paradoxaux, on connait tous des moments de préférence, je suis passé comme beaucoup par un coté nostalgique, téléchargeant du Sonic, du Comix Zone, du Earthworm Jim, et j'ai apprécié me replonger dans les univers déjantés, décomplexés et réellement difficiles d'une époque sans doute révolue. Mais la lassitude finit par pointer le bout de son nez, et de téléchargement en téléchargement je me rends compte que ma ludothèque virtuelle s'est remplie de vieilleries dépoussiérées car dématérialisées auxquelles j'ai à peine touché. Alors je me dis que rien n'est perdu (et surtout pas les MSpoints investis!), et que j'y jouerai plus tard. Après tout c'est dans la Xboite! Mais fort est de constaté que les jeux qui se démarquent le plus sur les plateformes de téléchargements sont des refontes d'anciens titres ou simplement des variantes réussies, il suffit de voir le fabuleux Shadow Complex qui s'inspire grandement de Super Metroid, du tout récent Super Meat Boy qui reprend les codes de Super Mario Bros.

 

La course à la technologie.

 

NFS-couverture.jpg

 

Ensuite j'ai inséré une galette, un jeu de voiture comme je les apprécie particulièrement parce qu'on sait parfaitement ce qu'on y cherche : une bagnole, un circuit, et tourner, tourner, tourner... Jusqu'à plus soif, quelques heures, quelques jours, quelques tours. Et les concepteurs l'ont si bien compris que dans ce domaine les innovations sont rares et, globalement, plutôt techniques/graphiques. Alors oui on est passé des boucles aux routes ouvertes (merci Test Drive et Need for Speed premier du nom, pas les aberrations qu'on nous sert aujourd'hui), on nous a ajouté des vues, de la customisation, des voitures à foison et des circuits à ne plus savoir qu'en faire, alternant entre arcade et simulation, termes que 2 joueurs sur 5 n'arrivent pas à différencier. Alors j'ai fait quelques tours, nouant avec la gloire et la joie de terminer premier, et la frustration de se faire doubler juste avant la fin, victime d'un scandaleux tête à queue. Puis j'ai arrêté, déjà lassé, n'y retournant que très occasionnellement. Ceci dit c'est ce qui fait le charme et l'intérêt des jeux de courses : une durée de vie exemplaire!

 

La répétitivité de la guerre.

 

medal_honor1.jpg

 

Puisqu'il fallait passer à autre chose, j'ai changé de disque, mais c'est là que mon désarroi s'est fait ressentir et qu'une question s'est imposée : à quoi je vais jouer? Cette question vous la connaissez aussi, vous êtes sans doutes passé par là, pourtant ce n'est pas du manque de jeux dont je souffre, de ce côté-là tout va bien. Beaucoup d'entre eux ne sont même pas terminés. Une lassitude due à une répétitivité s'est établie chez moi insidieusement, perverse. Et pourtant prévisible. Depuis quelques temps j'attentais, par exemple, le dernier Medal of Honor, pourtant je ne me suis pas rué dessus, la faute à des tests moyens, une durée de vie honteuse, et un renouvellement du genre proche du néant. Et même son côté multi n'arrive pas à me convaincre. Alors j'en viens à craindre les sorties de deux gros titres (pour moi) qui vont hanter mes nuits et mes temps libres : Fallout New Vegas et Fable III.

 

La maladie du jeu vidéo et son antidote.

 

Soulreaver_PS1_Jaquette.jpg

 

Le syndrome de la suite, ou plutôt des suites. Mais qu'est-ce qui peut différencier ces suites d'autres suites comme les Medal of honor ou les Call of duty? La réponse tient en un mot qui a tendance à disparaitre maintenant de plus en plus : le scénario! Vous en trouvez beaucoup vous des jeux qui vous proposent une histoire originale à défaut d'être bien ficelée? Si ma mémoire est bonne le dernier véritable jeu auquel j'ai joué à me proposer une histoire qui tienne la route, au scénario alambiqué, tortueux, était Taz le diable de Tazmanie sur master system II... Non bon je déconne, c'était la saga de Legacy of Kain (Soul Reaver compris bien entendu). Bien sûr il y en a d'autres qui avait des bribes de scénario, mais qui ne faisaient finalement que répéter des histoires mille fois comptées, Jak and Daxter, les FF, les RPG en général, dont Lost odyssey est le seul à vraiment tirer son épingle du jeu sur les dernières générations. Bref, à mes yeux aujourd'hui sans une once de scénario un jeu vidéo n'a pas d'âme, pas de raison d'être joué. Hors jeu de course évidemment. On nous vend de l'action, de la beauté à s'en éclater les rétines, HD, 7.1, bientôt 3D, détecteurs de mouvements, réseau, mais jamais on nous vend un jeu comme on vend un bon bouquin, sur la base de son histoire, de son intrigue, si ce n'est Alan Wake il n'y a pas longtemps. On nous donne de l'originalité sous couvert de réchauffé, de la mise en scène dynamique qui sait faire illusion (Halo Reach), des backgrounds riches et extraordinaires (Mass Effect, Fable) au détriment d’une histoire autre que linéaire.

 

L'âme du jeu.

 

falloutvegas.jpg

                                                                                              pour le fun....

 

Si beaucoup se contentent du spectaculaire, il est malheureux de voir disparaître de bonnes histoires qui donnent envie de venir à bout d’un jeu, et non des jeux qu’on veut terminer pour avoir le plus de succés/trophées possible. Parce que, finalement, peu importe la durée de vie d’un jeu si au-delà de ça l’expérience narrative est captivante. Ce qui répond à ma question toute personnelle et qui fait que, au-delà du graphisme très pauvre de Fallout (pour ne citer que lui), je l’accroche pour l’ensemble d’histoires et de personnages extraordinaires et super mal doublés ; ce qui me manque finalement dans beaucoup d’autres jeux, alors amis développeur bridés, libérez-vous du joug des grandes sociétés de production pour revenir à l'âme de cet art : l'histoire.

 

Liddenfark

Publié dans Dossier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Astha 22/10/2010 20:54



Je me retrouve beaucoup dans la plupart des arguments, même si de mon coté les jeux old school sont encore très souvent joué mais sur leur support d'origine. J'ai aussi craqué sur certains titres
dématérialisés et remis au gout du jouer, mais c'était surtout par curiosité.


Même constat pour les dernières sorties. Medal of Honor, ses tests, et sa durée de vie en solo, m'a vraiment refroidi. Je le ferai peut être un jour, mais pas pour plus de 20€. Call of Duty, même
combat, on peut parier sans trop de risque que le solo sera aussi très court, et le jeu en lui même certainement bon mais classique.


Enfin, chez moi cette lassitude est surtout présente par période. Sur cette fin d'année par exemple, je sais déjà que mes achats seront peu nombreux en ce qui concerne les titres next gen, la
faute à de nombreuses suites qui ne m'attirent pas vraiment (call of, assassin's creed...) alors que d'autres titres me rendent impatients... tout en étant également des suites. Dans le cas de GT
c'es le coté ultra complet du titre qui m'attire, et pour NFS le retour aux sources.


En attendant, je m'occupe avec un petit cru 1994 bien savoureux


http://idata.over-blog.com/4/02/49/57/Retro/IMAG0545.jpg