[Test] Medal of Honor

Publié le par PressReplay.fr

Après quelques années de suprématie de Call of Duty, principalement grace à la série des Modern Warfare, EA tente à son tour de revenir en force sur le marché du FPS contemporain. Si il est évident qu'il ne faut pas s'attendre à une révolution du genre, que vaut ce Medal of Honor, et surtout faut-il craquer pour lui, ou jouer la sécurité et attendre le prochain "Call of", disponible dans quelques semaines.

 

MEDAL

Au sein du Tier 1

Alors que certains FPS vous proposent de faire partie d'une équipe de bras cassés et traite le sujet avec humour, ici nous en sommes trés loin. Vous faites partie de l'élite de l'armée US. Le nom de votre unité fait rêver l'ensemble des corps d'armée, et les ménagère qui suivent Fox News toute la journée pensent qu'a vous seul, ou presque, vous pouvez sauver le monde libre. Fait assez rare pour être cité, la menace porte le nom de Talibans. Le titre est donc basé sur un conflit réel, et non pas dans un pays imaginaire avec un ennemis anonyme. Cependant ne vous attendez pas à ce que ça serve vraiment l'histoire, le titre reste politiquement trés neutre afin d'éviter toute polémique.

 

84445Bonjour, on est Boyscout, vous voulez des cookies ?

 

Vous voici donc en Afhanistan, accompagné de vos frère d'arme d'élite, tous comme vous membre du tier 1, en clair, le top du top. EA a entièrement basé la communication sur ce jeu autours de cet élément. Il est vrai que les autres FPS proposent généralement une expérience en tant que cuisto au mess des Officiers, donc autant annoncer clairement sa différence ! Le hic, c'est qu'au cours du jeu (ou l'on incarne différents personnages) on a vraiment l'impression que notre personnage sort juste de son entrainement, ou alors il est juste malchanceux.

 

Tier 0,5 ? (au rattrapage, mention "pas top") 

Au fil des scripts et des couloirs qui composent le jeu, on se rend vite compte que l'on est presque un boulet pour le groupe, et on se surprends même parfois à se trouver spectateur. Afin de ne pas vous perdre dans le décors, l'évolution est ponctuée par des passages de murs ou d'escalade, ou à chaque fois il faudra attendre qu'un membre de l'équipe monte, pour ensuite vous aider à monter. En clair ils vous tendront gentiement la main pour vous permettre de passer ce mur dans les conditions les plus confortables. Durant les combats, il est fréquent de se retrouver frustré par l'efficacité de vos compagnons, au point que prendre une pause derrière un rocher et attendre que ça se passe est une option tout à faire réalisable. Il vous suffit alors de passer de rocher en rocher, d'attendre que le ménage soit fait, pour que le script se débloque, et que l'équipe puisse avancer. A de nombreuses reprises on a donc l'impression de jouer à un Virtua Cop à la manette, tout en étant le VIP que le groupe doit protéger.

 

image medal of honor-12914-1966 0007

 

On respecte les classiques

Un FPS classique se doit de proposer des phases de jeux devenues incontournables, et Medal of Hornor ne déroge pas à cette regle. Vous bénéficiez donc trés régulièrement d'aides de l'aviation pour déloger certaines positions ennemis, à vous bien entendu de marquer les cibles au laser... dommage que ce soit encore un script qui se déclenche une fois une position précise atteinte. Concrètement votre soldat ne s'équipera du systeme de visée qu'une fois caché derrière le bon rocher. Mittrailleuse fixe, AC130 et Gatling sont aussi au rendez vous afin de soulager vos nerfs en éprouvant un sentiment d'invincibilité et de puissance extrême. Le titre propose également une scène à bord d'un hélico Apache, qui si elle n'est pas inédite, est assez bien amenée de part sa mise en scène et son intégration dans le fil du jeu.

 

A l'opposé des scènes de bourrinage intense, et pour respecter un autre classique, vous devrez régulièrement user du silencieux et du couteaux pour ne pas déclencher l'alarme. Après vous être rendu sur les lieux de l'opération, à l'aide d'un gros quad tout ce qu'il y a de plus discret, vous pourrez nettoyer tout un village de terroristes barbus sans réveiller qui que ce soit... ou pas. Si l'alarme est donnée, il est aussi possible de tuer tout ce qui pourrait se mettre entre vous et le prochain check point.

 

1723.jpg

Le solo en option ?

4h30 et 70€ plus tard, il est temps de parler du mode multijoueur. C'est certainement le point le plus important du titre, le mode solo ultra court étant présent pour que le jeu ne soit pas qualifié de titre uniquement multi. Encore et toujours le même mot pour le qualifier : Classique. Comme la quasi totalité des FPS, on vous propose de faire évoluer votre soldat façon RPG. Plus vous jouez, plus vous faites de points, plus vous bénéficierez d'options d'équipement. Ce n'est pas mauvais, c'est juste déjà vu et sans aucune prise de risque.

Je doute que se procurer le titre uniquement pour ce mode soit une bonne idée. Cohabiter avec Modern Warfare 2 et le prochain volet, ne garanti vraiment pas une masse de joueurs suffisante pour la survie à moyen terme des serveurs.

 

Classique mais maitrisé

A défaut d'originalité, il serait difficile de dire que Medal of Honor est un mauvais jeu. Quelques missions se paient même le luxe de proposer quelque chose de vraiment intense, principalment grace à un univers sonore trés réussi. Le souvenir que je garderai de ce titre sera certainement celui d'une mission façon Black hawk down, sans la ville et sans l'hélico... ok... je pense qu'il faut expliquer. Votre équipe se retrouve bloquée, avec pour seule couverture une cabane de terre déjà à moitiée démolie. Les ennemis sont nombreux, arrivent de partout. Vos munitions se font rares, et vous entendez aussi vos équipiers hurler qu'ils entamment leur dernier magasin, tout en indiquant sans cesse la position de nouveaux ennemis. Les balles et les roquettes fusent de partout, et votre abris n'est plus qu'un souvenir. Sans réelle couverture, harcelé par vos compagnons, et équipé de votre arme de poing, vous sentez vraiment la fin arriver. Un scène déjà vue dans de nombreux titres, mais qui surprend vraiment par son intensité.

 

medal-of-honor

Alors, on achète ?

Difficile de se faire une place sur un marché déjà saturé de FPS exploités à toutes les sauces. EA fourni une copie correcte avec ce retour de Medal of Honor, mais j'aurais beaucoup de mal à le conseiller au prix de vente actuel. Le solo propose quelque chose de trop court, et ce fameux Tier 1 est un argument marketing qui n'ajoute vraiment rien au gameplay. C'est un jeu "pop corn" ou les américains sont les sauveurs, et ou la fin ressemble à une classique distribution de guimauve et véhicule des clichés sous forme d'hommage aux vrais soldats. La réalisation est propre mais un cran en dessous de la concurrence, et se permet même à certains moments de grosses chutes de framerate (sur console). Il faut également ajouter à l'ensemble des scripts omniprésents qui rendent le tout trop prévisible. Rien à ajouter sur le mode multi qui se contente de copier ce qui se trouve ailleur, en juste un peu plus nerveux grace à des cartes assez petites.

 

medalofhonor

Un titre beaucoup trop dans la moyenne qui laisse peu de souvenirs une fois terminé, mais qui risque tout de même de rencontrer un public assez important, surtout grace à l'énorme campagne de pub qui accompagne sa sortie. Il reste à espérer qu'avec ces bonnes bases EA soit en mesure de proposer une suite plus originale et aboutie.

 

Astha

 

Note : 6/10

(par Astha)

 

Gamerscore Astha : 495G

Publié dans Test

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article